Comment lutter contre le froid sans grelotter ?

comment lutter contre le froid : une femme bien vêtue et une théière

Bonjour les bien vivants !

Comment lutter contre le froid des années ? Tous mes proches te le diraient, j’ai toujours froid. Eté comme hiver, par 25° ou sous les couvertures, j’ai froid. Les mots me manquent pour décrire cette sensation qui me donne envie de me rouler en boule. As-tu toi aussi grelotté une nuit comme un malheureux sous ta couette ? Parfois, j’enfile 3 épaisseurs de vêtements et rien ne change. Le froid est à l’intérieur. Bon,  je n’en rajoute pas, celles et ceux qui connaissent devraient me comprendre. J’écris celles et ceux quoique le froid préfère nettement les femmes : merci aux hormones, au métabolisme et à la masse musculaire.

Je te raconte maintenant comment je lutte contre le froid : boire la tasse et prendre un bouillon. Allez on plonge.

Mais avant je te dresse le portrait de mon ennemi juré.

Origine de la lutte (contre les froids).

1.Le froid des frileux.

Fais-tu comme moi partie des frileux ? De ceux qui « exagèrent » ou qui « en font toute une histoire ». Peut-être vas-tu te reconnaitre dans une de ces 9 raisons répertoriées par les spécialistes :

  1. maladie (anémie, thyroïde, affection du flux sanguin des doigts, des oreilles, du nez… en cas de baisse de température ou de stress ),
  2. vascularisation et circulation sanguine déficientes,
  3. carences notamment en fer et en vitamines,
  4. régimes et hypoglycémie,
  5. fatigue,
  6. déshydratation,
  7. constitution physique (désavantage aux grands, minces et moins musclés),
  8. prise de certains médicaments,
  9. cerveau qui s’en mêle et fait percevoir le froid de manière débridée. Ma frilosité viendrait-elle de là ? J’ai froid dans le dos au souvenir de la personne enfermée par erreur dans une chambre frigorifique en panne, morte de froid, convaincue que celle-ci fonctionnait.

Si la sensation de frilosité devient critique, une consultation médicale est conseillée vu le catalogue de causes que je viens d’énumérer. En tous les cas, si tu es frileux, tu es frileux, et tu peux même espérer un peu de chaleur humaine pour t’aider. Il y a aussi des solutions pour retrouver du confort sur le moment.

2.Le froid de l’hypothermie, intensifié avec l’âge.

Connais-tu les effets possibles de l’âge sur la température du corps ? De nouvelles conditions sont réunies pour faire chuter la température : le métabolisme ralentit, la masse musculaire diminue, parfois la couche graisseuse isole moins ou disparait, la circulation sanguine se concentre sur les organes vitaux en oubliant les extrémités et l’activité physique est moindre.

Le problème est que la sensation de froid n’est pas toujours ressentie alors que la température du corps peut baisser sensiblement. Parce que le thermostat interne s’est déréglé. Et comme le froid est mal ressenti, l’organisme s’adapte mal, ainsi que la personne elle-même, à la baisse de température. Des complications de santé peuvent survenir, je passe la liste, certaines pouvant être fatales.

La prévention est possible : chauffage adapté, nourriture appropriée, habitudes de santé, suivi médical, rester au chaud, être entouré aussi car la chaleur du coeur se ressent dans le corps…

Bien sûr, il n’y a pas que les personnes âgées sujettes à l’hypothermie. Rester dehors longtemps immobile ou pas par grand froid, consommer de l’alcool, y mènent direct. L’alcool est un faux ami,  il donne chaud sur le coup mais abaisse la température corporelle.

Allons boire la tasse ou prendre un bouillon

Pour lutter contre le froid, la piste des épices.

Plaisir des sens

Comment faire, alors, pour lutter contre le froid ? A force d’expérience, j’ai compris que prendre des bains brûlants ou boire trop chaud procurent aussi une bonne sensation de chaleur… suivie de transpiration et de frissons encore plus dérangeants . Car le corps recherche avant tout son équilibre et il réagit quand il est excédé. Ce n’est pas nouveau ! Ma parade maintenant, consommer des épices qui ont la réputation d’augmenter la thermogénèse. Je te raconte lesquels et surtout comment je les prépare.

Les épices sont des alliés pour lutter contre le froid et se réchauffer. La médecine préventive traditionnelle indienne les utilise à profusion et maintenant d’ailleurs, on peut boire partout du thé épicé, le chaï. 5 épices peuvent nous réchauffer et apporter de nombreux autres bienfaits naturellement :

  • le gingembre, avec sa flopée d’effets pour la santé (anti-inflammatoire, bon pour le coeur et le système immunitaire, anti cholestérol)…
  • le curcuma, aux propriétés antioxydantes, de renouvellement cellulaire, d’anti inflammations chroniques, de métabolisme digestif…
  • la cannelle, anti douleur et anti inflammatoire, experte pour métaboliser le sucre…
  • la girofle, antioxydante, anti parasites…
  • le 4 épices, régulateur de la circulation sanguine, anti inflammatoire, antioxydant et antibactérien…

Ce n’est pas le tout, en pratique cela donne quoi ?

La tisane, ça nous gagne !

A la manière de Grog l’épice

Je l’appelle Grog l’épice mais ce n’est pas un grog. Il n’y a pas d’alcool. Grog, cela me fait comme un plus gros réconfort. J’en profite pour te raconter ce que j’ai lu sur l’art et la manière de préparer une tisane (pas mettre un sachet dans une tasse d’eau chaude).

Une tisane est une symphonie de bienfaits et saveurs très inventive. Ainsi, pour composer une tisane, les spécialistes conseillent :

  1. de choisir l’épice ou la plante principaux pour son effet spécifique,
  2. de soutenir ce choix par un autre épice ou plante moins dosés afin de créer une synergie et renforcer le pouvoir du 1er,
  3. d’harmoniser les 2 premiers avec une plante ou épice médiateurs,
  4. d’ajouter une plante ou un épice digestifs,
  5. et de finir avec une plante ou épice messager qui portera l’action de la tisane à l’endroit du corps visé par ses effets.

Le processus semble compliqué mais la recette est simplissime. En même temps c’est un art qui commence à se partager. Je te présente Grog l’épice, mon aide de camp pour lutter contre le froid et digérer accessoirement :

  • je porte à ébullition 3 tasses d’eau avec 1 bâton de cannelle qui réchauffe et stimule,
  • soutenu par 1/4 de cuillère à dessert de clou de girofle pour la digestion,
  • j’harmonise avec 1 à 2 pincées de 4 épices à la saveur complexe et subtile,
  • j’ajoute 1/2 citron stimulant les sucs gastriques et la digestion,
  • je finis avec 3 petites tranches de gingembre qui réchauffe le corps et élimine les toxines en association avec le citron,
  • Je fais bouillir 10 minutes,
  • je passe l’infusion dans une passoire,
  • j’ajoute une cuillère de miel par tasse pour atténuer l’acidité du gingembre. Je déguste chaud, limite tiède.

Qu’en dis-tu ? Quelles sont tes recettes de tisane ?

Le bouillon a tout bon !

En route pour le bouillon !

J’aime bien me faire aussi un petit bouillon pour recharger les batteries. J’ai un faible pour la recette du bouillon de fenouil à l’orange et au safran, découverte dans le magazine Happinez. J’apprécie sa légèreté et sa subtilité originale.

Pour 1.5 litre de bouillon :

  • je fais macérer 1 pincée de pistils de safran dans un verre de vin blanc durant 15 minutes,
  • je coupe un oignon et 2 bulbes de fenouil en fines lamelles,
  • je fais chauffer 3 cl d’huile dans une grande casserole, sauter l’oignon et le fenouil pendant environ 3 minutes à feu moyen, sans roussir,
  • je râpe le zeste de 2 oranges que je presse,
  • je verse 1.5 litre d’eau sur les oignons et le fenouil, j’ajoute les zestes, le jus d’orange et le vin blanc safrané,
  • plus 1 feuille de laurier, 2 brins de thym, 6 brins de marjolaine, 4 brins d’estragon, 8 grains de poivre noir et 2 étoiles de badiane,
  • je porte lentement à ébullition, je laisse mijoter une heure, je retire la casserole du feu et je laisse reposer environ 10 minutes avant de tamiser le bouillon.

Si cuisiner te branche, je te partage ma recette de concombre.

Battre le froid pour avoir chaud.

Quand je frissonne trop,  je me fais en plus un auto-massage d’huile essentielle diluée pour la circulation du sang, en commençant par les pieds souvent gelés (huile d’arnica et une goutte d’huile essentielle de gingembre). 

Et puis surtout, j’essaie de faire des choses qui stimulent ma vitalité et me réchauffent le coeur. Selon un dicton chinois, quand le coeur est chaud, on a moins froid au corps. Pas faux !

Mon partage d’expérience de lutte contre le froid prend fin sur ces sages paroles. Tisanes et bouillons m’aident à sentir par tous mes sens le vivant circuler en moi. Si, toi aussi, tu as envie de moins souffrir du froid, je t’invite à essayer de composer des tisanes et des bouillons et à en ressentir les bienfaits. Partage-les nous, cela nous donnera envie !

Et au fait, qui peut me dire d’où vient le nom du chevalier franc Gaudefroy de Bouillon ? Savait-il réchauffer ses Dames ?

Des ressources pour te réchauffer

J’habite en Ile de France et j’ai découvert ce Tisane bar. Cela ne m’étonnerait pas qu’il en existe dans toute la France de la même vert veine.

Julien Kaibeck, auteur du livre Slow Cosmetique, raconte en vidéo les bienfaits de la tisane. Voici aussi l’adresse de son blog, les Essentiels de Julien.

Enfin, quand j’ai envie d’un bon bouillon rapidement, je m’infuse du bouillon Ariake. Plus cher qu’un bouillon de cube mais rien à voir comme dégustation. La gamme est très vaste pour varier les plaisirs (légumes, volaille, japonais, thaï, coquillage…). Une marque japonaise, des produits en Normandie.

2 réponses

  1. Fritsch dit :

    Hello
    Merci pour ces bons conseil!
    Je vais essayer le grog l’épice

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *