Comment bien vieillir ?
Prends un bon bol de VITALITÉ
et en avant !

Comment bien vieiilir : un homme et une femme Seniors souriant une tasse à la main
Anne l'auteure du blog sur un vélo électrique

Bonjour, je suis Anne.

Mes chroniques racontent comment bien vieillir et continuer de profiter de la vie, avec des litres de vitalité saupoudrés d’un nuage de prévention pour la forme.

La vitalité prolonge la jeunesse et c’est aussi bon. Santé !

Voilà de quoi entretenir ta santé !

La santé, pilier de la vitalité et de la joie de vivre.

Pour ta bienvenue sur le blog, télécharge un récap de 5 habitudes simples et bonnes pour ta santé. Garanti sans mal de tête !

Tu recevras aussi les nouveaux articles du blog dans ta boite mail.

Tu peux te désabonner à tout moment.

 

Pour bien vieillir,  prends soin des 4 puits de ta vitalité

Avec l’avancée en âge, on devrait faire attention à sa santé pour rester en forme.
Et, le plus souvent, les pépins de santé du vieillissement arrivent au 4ème âge.

Mais est-ce une raison pour attendre de prendre bien soin de soi  ? Tu le fais déjà ?  Excellent,  sinon lis la suite.

La prévention santé recommandée par Santé Publique France pour entretenir ton capital santé à tout âge n’est pas la mer à boire.

Tu te bouges tous les jours, tu respectes quelques conseils de nutrition, tu bichonnes tes neurones, tu te détends pour réduire ton stress et tu ne zappes pas les bilans de santé et les dépistages.

Notre hygiène de vie joue un rôle considérable pour bien vivre, sans avoir besoin de bouleverser nos habitudes ou nous imposer de lourdes contraintes.
Pour t’en souvenir, c’est vitalité ou vite alité-e !

Vieillir est à la fois une chance et un défi de la vie.

Accueillir tous les âges est parfois un petit travail sur soi pour être bien dans sa tête.

Un 1er virage est difficile à passer quand on se sent toujours alerte dans sa tête et que le corps freine un peu.
Cette dissonance entraine évidemment des frustrations et apprendre à vouloir ce qu’on peut permet de mieux profiter de la vie. Certains y verront la sagesse, d’autres du pragmatisme et le sens de l’adaptation.

Le 2ème virage, à la retraite, c’est d’être,  enfin,  son patron, avec ses avantages et ses contraintes. Mais cette liberté est tellement appréciable.

Pour garder une pleine autonomie et vieillir actif, cultive bien ta joie de vivre et ta vitalité.

Entraine-toi à surfer sur les difficultés, à conserver ou apprendre l’optimisme pour être confiant dans tous les moments et en tirer le meilleur.

Engage-toi à aimer toutes les années et surtout à les vivre au présent.

Notre état d’esprit et notre motivation sont le socle de notre capacité à bien vieillir.
Je sais comme toi que c’est pas toujours évident mais ce ne sont pas les idées noires qui pourront t’aider à mieux vivre.

La fin de l’activité professionnelle et les aléas de l’existence peuvent conduire à la solitude, réelle ou parfois seulement ressentie.

Prends conscience de cette situation pour éviter de te replier et de tomber petit à petit dans l’isolement.
Fais l’effort de sortir de toi et de chez toi.
Régler de vieilles querelles, p
articiper à des activités collectives, tisser ou renforcer des relations solides aide à passer de bons moments et à trouver du soutien si nécessaire.

Une étude universitaire américaine l’a posé noir sur blanc : conserver des liens avec les autres est le 1er facteur du bon vieillissement, autant les liens de  la vie familiale, de la vie amicale ou de la vie sociale.
 Je sais,  j’enfonce une porte ouverte… essaie de ne pas rester seul-e sur le seuil  !

Le domicile prend naturellement une plus grande importance quand on avance en âge.

Vivre chez soi le plus longtemps possible, le bichonner ou s’en recréer un nouveau et accueillant est un souhait largement partagé.
Même si pour toi, ce n’est pas pour maintenant, anticipe ce sujet, avec tes parents, par exemple, sereinement, sans précipitation.
Qu’il s’agisse d’adapter et de profiter de son domicile, de fonder un jour un habitat collectif avec des amis ou d’emménager dans une résidence services, le but est de conserver liberté, indépendance et une bonne qualité de vie.

Il existe aujourd’hui de nombreux moyens humains, technologiques et financiers pour bien habiter notre espace de vie.
Tous les goûts sont dans ta nature !

Je découvre le blog et j’aime le ton.

Carole

Article vraiment intéressant. Je n’ai que 25 ans mais j’ai été intriguée par le titre.

Claire

Ton article parle direct à la dimension profonde et intime de notre être.

Rina


J’aime le témoignage de Michèle simple et plein d’optimisme.

Marie

Ton article est juste et m’a fait beaucoup 😂.

Valérie

Article intéressant. Comme ce blog en fait, bien que je ne sois pas toujours d accord avec votre point de vue, je le trouve excellent 🙂

A.

Vrai ou idées reçues à propos de vieillir ?

Bon, je ne dis pas que tu ne vas pas vieillir et que tu resteras jeune indéfiniment mais devenir un ‘vieux’,  cela se discute.

C’est quoi être ‘vieux’ ? Si c’est vivre longtemps, par rapport à quoi ? Au moyen âge, avec une espérance de vie de 40 ans, on était ‘vieux’ à 35ans. Aujourd’hui avec une espérance de vie moyenne de 85 ans en France, pour les enfants on est ‘vieux’ à 45 ans, et pour les adultes à 70 ans. Il n’y a donc pas d’âge qui définisse le fait d’être ‘vieux’.

Si être ‘vieux’, c’est présenter les caractéristiques de la vieillesse, donc de l’âge avancé, de quoi on parle ? A 80 ans, il y a des personnes très usées comme d’autres très alertes. Tous les ‘vieux’ ne présentent pas les mêmes caractéristiques et les variations individuelles sont énormes.

La société, avec la création du système de retraites, a construit le stéréotype social des ‘vieux’ et a fixé qu’on le devient à ce moment là, vers la soixantaine. Tout ce groupe de ‘vieux’ a aussi été assimilé aux caractéristiques de la vieillesse. Mais ce n’est rien d’autre qu’une construction culturelle, simpliste, dépassée et amplifiée, en parallèle, par la valorisation de la jeunesse.

Donc, la perception de sa propre vieillesse ou de celle des autres est variable et très relative selon les personnes ou le contexte. Tu peux accepter ta carte Senior ou Tartampion et profiter de ses avantages.

Allez, ne sois pas gêné-e !  Le rôle de l’hérédité dans la qualité du vieillissement est de 30% seulement. 

4 autres facteurs jouent sur les 70% restants et tu peux quelque chose : les habitudes de vie, l’état d’esprit, le lien social et les conditions de vie.

  • Adopter une hygiène de vie protectrice  :  nutrition équilibrée, activité  physique régulière, stimulation cérébrale, sommeil réparateur. 
  • Demeurer actif, curieux, détendu et optimiste.
  • Conserver du lien social et familial, de la convivialité et de l’altruisme pour éviter la solitude et l’isolement.
  • Choisir de vieillir à domicile, même si tu perdais en autonomie. C’est très positif et peut revenir moins cher qu’un hébergement pour personnes âgées. Avant 85 ans, la majorité des gens vivent à domicile car ils sont autonomes.

Je me demande bien pourquoi ce n’est pas dans les programme scolaires…

Jusqu’à 75 ans, 80% des personnes déclarent être en bonne santé. Vieillir ne s’accompagne pas forcément de maladies. La prévention aide d’ailleurs à se préserver (des atteintes cardiovasculaires, du diabète, de l’insuffisance respiratoire, des cancers… observés avec l’âge).

Le vieillissement n’est pas une maladie mais une modification progressive de l’état physiologique et des capacités.  Comme on vit de plus en plus vieux, on peut traverser, ou pas selon les cas, 3 étapes du vieillissement :

  • Vieillissement robuste, sans maladies ou incapacités associées. C’est le cas de 70% des gens. Et environ 30% vieilliront même sans aucune altération physiologique ou une altération minimale.
  • Détection précoce de fragilités. Parmi les principaux indices :  la fonte musculaire, les chutes fréquentes, les troubles sensoriels, la dénutrition, les troubles cognitifs, la dépression. 20% des gens, dont beaucoup de centenaires  entreront dans ce stade de vulnérabilité.
  • Enfin, pour 10% des gens, pathologies très invalidantes (neurovégétatives comme l’alzheimer ou perte sévère de mobilité), souvent accompagnées de dépendance. Si une personne n’est plus en capacité de choisir ce qu’elle veut vivre, elle est en perte d’autonomie. Mais si une personne sait ce qu’elle veut et a besoin d’être aidée pour accomplir ce dont elle a besoin ou désire, elle est dépendante mais toujours autonome. La dépendance ne justifie pas de se laisser confisquer par les autres son autonomie. A graver dans le marbre, car on pourrait superposer les 2 situations par facilité, par faiblesse…

En matière de pépin de santé, tu imagines peut être la maladie d’alzheimer. Mais sais-tu que 3% environ des plus de 65 ans et 15% des plus de 80 ans en seront atteints ?
On parle beaucoup de cette terrible maladie difficile à vivre pour les proches et le malade. La recherche s’active pour trouver un remède. Avec le vieillissement de la population, le nombre de malades va augmenter. Mais au niveau individuel, cela ne signifie pas que tu auras cette maladie.
De plus, les études montrent que la prévention santé est efficace.

Je parie que tu détestes ce mot. Non, non et non ce n’est jamais ni trop tôt, ni trop tard. Prendre soin de soi est essentiel tout au long de la vie.

Les actions de prévention des risques de l’avancée en âge devraient dorénavant débuter dès 40/45 ans pour préserver son capital santé. Par la suite, les fragilités détectées le plus précocement possible sont réversibles ou peuvent être compensées pour éviter les maladies et la perte d’autonomie.

Le défi du vieillissement est d’avoir les compétences de prévention et d’entretenir la meilleure qualité de vie, quelque soit son état. Parce que cela marche, les institutions, les caisses de retraite, les mutuelles, les assurances participent au plan de Santé Publique France  « Priorité Prévention, vieillir en bonne santé ».

Pour promouvoir cette démarche, chaque première semaine d’octobre, la semaine bleue est consacrée à un thème de la prévention des risques de l’avancée en âge.  Même si cela te parait un peu vieux jeu, pose-toi pour faire un point et te prendre par la main.

En adoptant un mode de vie sain, en t’adaptant un peu, en ne loupant pas les bilans de santé et les dépistages, tu développes tes opportunités de vivre longtemps et pleinement.

Maintenant si tu préfères remettre à plus tard, ne pas savoir, ne pas vouloir … c’est ton choix.

C’est vite dit, les jeux ne sont pas faits.

La plupart des gens préfèrent s’éviter de perdre (quelque chose de connu) plutôt que d’envisager de gagner (quelque chose d’inconnu). C’est la nature humaine. Le vieillissement ne fait pas exception. Le chercheur Lavoisier a dit « rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ».

Il y a des choses que tu perdras vraisemblablement, au moins les excès, la course, le pouvoir, les obligations, la rentabilité, la nécessité de faire.  Au fait, vas-tu les regretter ?

Mais à la place, tu gagneras certainement de la simplicité, de la lenteur, de la disponibilité, de la puissance, de la liberté, de l’altruisme, et la possibilité d’être toi-même. Il y a plein de gens, plus jeunes, qui rêvent de ces qualités souvent accessibles grâce à l’avancée en âge.

Victor Hugo aurait dit que l’un des privilèges de la vieillir, c’est d’avoir, en plus de son âge, tous les âges. On ne perd pas finalement, on élargit. On ne peut vieillir qu’en aimant la vie.

Vieillir fait peur à beaucoup de monde et pourtant c’est une chance.

Certaines personnes ont peur de vieillir parce qu’elles ont peur de la mort. Puisque notre mort est inévitable, est-ce une raison pour saboter une partie de notre vie ?
Si cette peur devient angoisse, il est important de consulter pour éviter de sombrer dans la dépression.

Mais la plupart du temps, la peur de vieillir est la peur de mal vieillir.
La santé mentale quand on vieillit n’est pas seulement cognitive mais aussi psychique et émotionnelle. Un travail sur soi pour accepter de vieillir permet d’éviter une spirale négative qui couperait les ailes et rendrait plus difficiles à vivre les changements à venir.
A partir du moment où tu prends conscience qu’accepter de vieillir est l’attitude la plus naturelle, tu peux valoriser tous les âges de ta vie et t’y consacrer totalement.

Et puis, sais-tu qu’être positif par rapport au vieillissement allonge la durée de vie d’en moyenne 7.5 ans ? Ce n’est pas rien. 

Pour finir, si tu as le sentiment que, dans notre société, les personnes âgées perdent leur utilité et leur valeur, garde à l’esprit que vieillir est une richesse pour toi, en dépit de tout et surtout du regard des autres et que tu as toujours ton mot à dire.